VAR logo English
This page in English Home page Services Past achievements Contact Site map
Page d'accueil Services Réalisations précédentes Contact Que les pages françaises
Français


Rédaction Technique

Un rédacteur technique est une personne écrivant couramment sur un sujet technique. Puisque les rédacteurs techniques doivent comprendre ce qu'ils écrivent, un fond solid dans la technologie est exigé. Le sujet est normalement un produit ou service vendu par une compagnie, et le document est souvent une description formelle de ce produit ou service.

Un rédacteur technique n'est pas un traducteur (en effet, la plupart des rédacteurs techniques prennent leur entrée dans leur langue maternelle, et produisent leur rendement dans la même langue). A l'opposé du traducteur, qui prend un document fini dans une langue, et qui le convertit en un document fini dans une autre langue, un rédacteur technique prend des notes (rédigées par les ingénieurs, par exemple), et il les transforme en document fini, normalement dans la langue originelle.

Il n'y a pas de traduction donc dans le métier de rédacteur technique (voici, par exemple, la définition de l'ANPE d'un rédacteur technique (ROME=52315), et une bibliographie, en anglais). Pourtant, pour un rédacteur technique écrivant en anglais, habitant en France, prenant des notes écrites par des ingénieurs français, il y a inévitablement un rôle de traduction pour ce dernier. En fait, les deux disciplines sont vraiment complémentaires.

Les compagnies multinationales sont déjà convaincues qu'elles doivent faire écrire leur documentation par un spécialiste – par un rédacteur technique. Ils utilisent déjà des grandes équipes de rédacteurs techniques, ou des consultants. Ceux-ci sont engagés à plein temps, et sont considérés comme une partie du personnel de soutien (payés par les bénéfices accrus, et les coûts diminuées, sur la chaîne de production et commercialisation).

Mais, les autres compagnies ne peuvent pas se permettre de maintenir le personnel de soutien 52 semaines sur 52. Ainsi ils ont tendance à ne pas les utiliser du tout, et à se contenter de leurs propres ingénieurs remontant la documentation, en anglais, du mieux possible (et ce faisant, les prenant loin de leur métier).

Mais d'engager un Rédacteur Technique Indépendant offre un meilleur compromis, juste le nombre de semaines par an qui sont nécessaires.

La Rédaction d'un Rédacteur Technique

Comme avec toute l'écriture (technique et non technique) l'auteur doit d'abord se demander qui est le lecteur ciblé, puisque ceci détermine le modèle de l'écriture. Par exemple, la documentation peut être pour l'usage compagnie interne, ou pour communiquer avec le client externe. La documentation peut viser un lectorat technique, ou elle peut être un sommaire pour un niveau gestionnaire. Chacune des quatre combinaisons peut être également exigent, quoique dans des manières différentes.

Un rédacteur technique peut, naturellement, être engagé à travailler sur n'importe quel matériel écrit qui communique un message technique.

Ceci peut inclure des courriels et des lettres aux clients externes. Mais, normalement, un rédacteur technique sera engagé sur des documents plus formels, comme :

Datasheets
Des spécifications formelles des paramètres principaux du produit ou du service
Guides d'utilisation
Une description de la façon d'employer le produit ou le service
Notes d'application
Une indication légèrement moins formelle de la façon dont le produit pourrait bénéficier au client dans de futures applications
Contenu de page Web
Une description courte, sur l'Internet, pour attirer les clients potentiels. (En général, plus la description est courte, plus l'importance de travailler chaque mot et expression par un spécialiste)
Rapports d'ingénierie
Un document pour l'usage interne, écrit par l'équipe d'ingénieurs d'aujourd'hui, par exemple, pour aider une future équipe d'ingénieurs dans une date ultérieure pour le développement subséquent du produit ou du service

Le Processus de Rédaction Technique

Le processus habituel implique deux parties : la personne qui est engagée pour effectuer le travail (le rédacteur technique), et la personne qui l'engage (le propriétaire du document). Le processus standard est alors comme suit :

  1. Le propriétaire du document décide s'il y a besoin d'un nouveau document, ou d'une modification d'un document existant. Il travaille, peut être en stylo sur des photocopies de fragments d'autre(s) document(s), afin de créer un bouillon.
  2. Le propriétaire du document donne ses notes au rédacteur technique. Naturellement, le rédacteur technique est actuellement en train de travailler sur d'autres documents, pour d'autres propriétaires. Il y a donc un délai avant le début du travail, plus un délai pour faire le travail lui-même.
  3. Le rédacteur technique donne le document au propriétaire du document pour le vérifier. Naturellement, de la même manière, le propriétaire du document est actuellement en train de travailler sur d'autres parties de son travail. Il y a donc un délai avant le début de la revue de document, plus un délai pour faire la revue elle-même.
  4. Le propriétaire du document donne ses notes, pour les corrections et modifications supplémentaires, au rédacteur technique, et le cycle "2+3" recommence. Après plusieurs cycles (on espère que deux cycles, mais dix cycles ne sont pas impossibles, ou un seul cycle est possible aussi) le propriétaire du document n'a aucune autre correction ou modification à faire, et il déclare (peut être même par l'intermédiaire d'un sign-off formel) que le travail sur le document est terminé.
  5. Le rédacteur technique lui donne une version du document (un fichier PDF, par exemple) prêt à la publication (par courriel, ou sur le site Internet, par exemple). Le rédacteur technique lui donne, aussi, tous les éléments "source" du document afin de les sauvegarder aux archives.

Deux questions des ressources sont inévitablement soulevées en ce moment : combien de temps cela va prendre, et combien cela va coûter. Bien sûr, toutes les deux questions dépendent très fortement de la taille et de la complexité du document. Cependant, les manières existent d'estimer des réponses aux deux questions avant de commencer le travail.

Il y a également une question de contrôle de qualité dans le processus de la rédaction technique. Bien qu'une première tentative puisse être faîte pour répondre à ceci, c'est un projet beaucoup plus ambitieux qui attend toujours davantage de recherche.

This page in English Home page Services Past achievements Contact Site map
Haut de cette page Page d'accueil Services Réalisations précédentes Contact Que les pages françaises
© Malcolm Shute, Valley d'Aigues Research, 2006-2010